Une seconde pour une critique de film ? (je vous en propose des tonnes)

Gothika

GothikaMiranda Grey est psychologue dans un asile pour meurtriers qui est dirigé par son mari. Mais après un accident de voiture, elle se réveille à l’intérieur d’une cellule de cet hopital, accusé du meurtre de son mari.

Après plusieurs films sur le sol français, Kassovitz a franchi l’Atlantique et propose, sous l’aile du producteur tout puissant Joel Silver, son premier film made in US.
C’est en effet ‘Dark Castle’ qui a produit ce ‘Gothika’. Une maison qui a proposé des produits fantastiques plus (‘Le Vaisseau de l’Angoisse’) ou moins (’13 fantômes’, ‘la maison de l’horreur’) inspirés mais qui, pour la première fois s’offre un réalisateur talentueux et un casting intéressant.

Malheureusement, on se demande un petit peu comment Mathieu Kassovitz a pu s’enfoncer dans ce bourbier sans inspiration ni talent. Car malgré la plastique de l’oscarisée Halle Berry et l’ambiance qu’essaye de mettre en place le réalisateur français au moyen de pluie battante et d’éclairs, on en vient vite à se demander pourquoi on nous ressert la même soupe, une nouvelle fois.
Le scénario, puisque c’est le principal criminel du film, possède de forts relents d »Hypnose’. ‘Sixième Sens’ était également passé par là, mais le talent de Shyamalan effaçait sans doute la similarité du projet. Mais pour ce ‘Gothika’, la pilule ne passe manifestement plus, tout comme ces effets de frousse qui datent d’un temps révolu. Les cordes semblent vraiment usées, chaque scène utilisant immanquablement les même rouages habituels du genre.

Kasso n’apparaît en effet même pas sur l’affiche du film… un détail qui aurait peut-être du nous mettre la puce à l’oreille, mais qui prend tout son sens quand on a digéré ce film fantastique sans goût ni patte.
‘Gothika’ est donc une vraie déception, car on espérait un peu du réalisateur de ‘La Haine’ et il est difficile de se résoudre à accepter un travail si impersonnel.
On espèrera juste que ce film de commande lui fera comprendre que ce n’est pas en devenant un yes-man à Hollywood qu’il prouvera toute sa créativité.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :